dsf

Découvrez le Magyar Agar

 

NEWS

20 05 2007

Spéciale Magyar Agar à Roanne. Juge M. Jacques Senecat

05 05 2007
Championnat de France

21 04 2007

Chateauroux Magyar Agar et Chart Polski seront des races invitées. Juge M.Claude Voilet

15 04 2007

CACIB de Limoges Chart Polski race invitée. Juge M.Boujasson

 

 

 








 

 

Le Magyar Agar (Lévrier Hongrois)


Bien des races subissent la mode, l’envolée soudaine d’une passion bien vite retombée. Le Magyar Agar semble préservé de ce fléau. En France son évolution lente des années 90 s’est un peu accélérée en ce début de siècle.


Le lévrier de la plaine du Danube


A la recherche de nouveaux pâturages pour faire paître leurs troupeaux les Magyars (Hongrois), tribus de cavaliers nomades, chassaient dans les plaines d’Europe avec leurs Agars (lévriers).C’est après un long périple de quatre siècles que ce peuple s’installa dans les plaines du Danube au 9ème siècle. De leur long périple on dit que les Agars des nomades auraient été croisés avec leurs frères de sang le vertragus des Celtes, les sloughis, les tazis des populations autochtones. La sédentarisation de ces peuplades sur le territoire Hongrois a donné naissance à la race Magyar Agar tel que nous la connaissons aujourd’hui.
Dans le langage Hongrois on distingue le chien « Kutya »  du lévrier « Agar ». Leur utilisation était alors bien distincte : l’un le Kutya gardait les troupeaux, l’autre le Agar chassait. Lévrier tenace, hardi, infatigable le Magyar Agar, fidèle compagnon des cavaliers, poursuivait lièvre mais aussi renard ou chevreuil. Réglant sa vitesse sur celle de sa proie, il était capable de courir longtemps et surtout d’accélérer en fin de course pour cueillir sa proie.
Le roi Mathias 1440/1490, dernier roi de Hongrie, était un grand chasseur avec ses Magyar Agars. Au château de GÖDÖLLO une peinture du début du 19ème siècle présente deux Magyar Agars. Sur une peinture de 1879 on peut admirer d’authentiques lévriers hongrois avec leur proie, le loup des marécages. La dernière chasse aux lièvres date de 1944. Après la dernière guerre mondiale la race Magyar Agar semble anéantie. Pourtant c’est sur les souches existantes dans des fermes isolées où les qualités de chasseur et de gardien des Magyar Agars étaient appréciées que s’est reconstruite la race.
En 1971 la FCI reconnaissait le Magyar Agar comme une race à part entière. En 1972 on comptait 320 sujets recensés dans le pays d'origine. Le premier sujet, Vera Arpadhazi, est arrivé en France en 1986. Aujourd'hui plus de 100 Magyar Agars vivent en France soit le 2ème ou le 3ème cheptel d’Europe. Dans le pays d’origine, la Hongrie on en dénombre environ 5 à 6 fois plus. D’autres pays d’Europe se sont lancés dans le développement de la race.


Un travailleur courageux


Dans son pays d’origine le Magyar Agar est resté dans de nombreux cas le chien de la ferme. Répandu sur l’ensemble du territoire c’est dans la région au sud du lac Balaton et jusqu’à la frontière slovène que nous avons rencontrés le plus. En exposition une grande majorité de Hongrois préfèrent les chiens venus de l’ouest plus prestigieux à leur yeux que ce chien de ferme. Toutefois la MEOE (équivalent de la Société Centrale Canine) organise toujours un meilleur chien de race Hongroise, le Magyar Agar y est souvent à l’honneur.
Le Magyar Agar est aussi utilisé en racing comme dans le reste de l’Europe. Nous avons aussi rencontré un sujet agiliste sérieux et motivé. Un Magyar Agar appartenant à un Franco-Hongrois a pratiqué la Pulka et terminé, sous couleur Hongroise, 3ème au Championnat du Monde il y a quelques années.
Le 06 décembre 1998, après 54 ans d’interdiction, une chasse sur lièvre vivant a été organisée en Hongrie. Les Magyar Agars courant en couple se sont lancés sur un terrain gelé et enneigé à la poursuite de leur proie. Cette pratique a permis de valider la présence de leurs qualités ancestrales de chasseurs à vue. Toutefois cette pratique reste somme toute confidentielle.
En France le Magyar Agar est de plus en plus présent aujourd’hui en exposition, il pratique aussi la poursuite à vue sur leurre et le racing. Plusieurs Magyar Agars vivant en France ont brillé dans les grandes épreuves et la qualité du cheptel a progressé.

Le Magyar Agar un lévrier qui se distingue.

L’aspect de ce lévrier à poil ras de taille moyenne (63 à 70 cm) laisse apparaître sa force. Il a une ossature solide et une bonne musculature. Sa tête le distingue des autres lévriers : en forme de coin vue de dessus et de profil elle est assez large à la base. Les membres sont forts, les pieds sont gros, plutôt longs. Ce n’est pas la taille qui est de prime importance mais l’harmonie des proportions.
Un peu moins rapide que le Greyhound il est cependant beaucoup plus résistant sur des longues distances où il garde souvent des réserves. Le poitrail du Magyar Agar est caractéristique, c’est le seul lévrier à avoir une cage thoracique dont les côtes bien cintrées s’étendent loin vers l’arrière. Le poitrail est moins profond et moins levretté que celui du Greyhound.
Il est élégant et son trot élastique lui permet de couvrir du terrain. Le poil est court, dur, bien couché, toutes les couleurs et leurs combinaisons sont admises sauf le bleu, le bleu panaché de blanc, brun, louvet et noir et feu, chien tricolore. Les oreilles de bonne grandeur ont un tissu assez épais, elles sont repliées sur le cou en forme d’oreille en rose.

Un ami attentionné

Eveillé, intelligent et fidèle le Magyar Agar est l’ami de toute la famille qu’il affectionne particulièrement. Certains sujets peuvent s’avérer de vrais gardiens mais c’est loin d’être une généralité. Dans la maison il vous suivra calmement et viendra se coucher à vos côtés.
La présence d’autres animaux (chiens, chat, …) ne lui pose pas de problème. Il aime à vivre avec d’autres animaux ou personnes à qui il témoigne de son attachement. Il supporte très bien les moments de solitude pourvu qu’ils soient compensés par la présence d’un maître attentionné.
La vie en maison est un régal pour lui. Dehors il se dépensera volontiers pour retourner tranquillement à la maison goûter la quiétude d’un coin tranquille, d’un tapis, d’un canapé. Il pourra s’adapter en appartement pourvu que vous preniez le soin de le sortir régulièrement. La vie seul en chenil n’est pas la solution adaptée à ce chien qui aime la compagnie.
Si vous affectionnez les promenades, le jogging, le cyclotourisme ou les ballades à cheval il sera ravi de vous accompagner et sa résistance vous surprendra. Il est simple d’entretien, supporte chaud et froid. Sa croissance ne pose pas d’autres problèmes que celle d’une nourriture adaptée. Confronté fréquemment au froid il développera un poil épais adapté.


L’évolution du Magyar Agar en France.


En 1984 un éleveur Suisse d’origine Hongroise, Attila PISZAR, vînt avec ses 3 Magyar Agars en France sur la cynodrome de Satolas. C’est de sa rencontre avec Christophe CARRIER qu’est née l’arrivée du Magyar Agar en France. En Juin 1986 Christophe CARRIER fit l’acquisition de Vera Arpadhazi et devint le premier Français propriétaire de Magyar Agar. En 1987 Christophe CARRIER se jetait dans l’aventure de l’élevage sous l’affixe " DE L’HERM DE MERCOUAR " et produisit les premiers Magyar Agars made in France.
En 1990 ce fût au tour du Docteur TOUFFUT d’importer Lorinci Bator Liderc, puis Pastortuzvirag Boglar et Bator. En 1993 le premier Magyar Agar " DU DOMAINE DE GERFUT " voyait le jour. Mis en valeur par leurs propriétaires et soutenus par le Président du Coursing Club Comtois de l’époque : Denis BLONDE, les Magyars Agars du Domaine de Gerfut s’illustrèrent dans les expositions mais aussi dans les grandes épreuves internationales de course. La Marseillaise retentit même à Fribourg lors du Championnat du Monde de Racing en 1997 où les Domaines de Gerfut (4 présents et 4 en finale : 1er Jelleg, 2ème Jozan et 5ème Jobban en mâle, 4ème Jovo en femelle) se taillèrent la part du lion.. Quoi de plus naturel pour ces Magyar Agars nés à Belfort.
En 1993 ce fûrent Marie MORIN et William RABASSE qui importèrent " Videki Vadasz Becses " et en 1997 naquit l’élevage " DU CHEMIN DES BRUMES ". Des nombreux titres acquis par ses descendants nous retiendrons que pour la première fois un Magyar Agar né en France, Nis du Chemin des Brumes, obînt le titre de Champion du Monde de Beauté (Milan 2000) puis le 1er titre de Champion d’Europe de Coursing (Charmes 2002).
En 2001 une quatrième personne s’est lancée dans l’élevage, c’est ainsi que par amour de sa " Zapor " Monique DELANNOY créa l’affixe " SZOVAJ ZAPOR " et fit naître sa première portée  de Jozan du Domaine de Gerfut et de Devaj Zapor. Cette dernière importée début 1997 fît une exceptionnelle carrière de course et fût entre autre Championne d’Europe de Racing et Vice-Championne du Monde de Racing. Le racing, une discipline qu’affectionne particulièrement les Szovaj Zapor, dont Steppe fût la même année (en 2003) Championne de France (Oraison) Championne d’Europe (Versoix) et Vice-Championne du Monde.
En 2001 une autre portée très homogène et de grande qualité est née sous l’affixe de l’Herm de Mercouar du multi-champion Kalandvadasz Fürkész et de Irina de l’Herm de Mercouar. C’est en exposition que Serena, Sarah, Sigfried, Siker et Sipoly II obtinrent tous de grands résultats.

 

 

 

 

Les Articles

Le Standard

Aspect général:Son aspect laisse paraître sa force ; il a une ossature solide et une bonne musculature. Il est élégant. (lire la suite)

 

 

 



 

 

 

EditRegion4
EditRegion5
 
Webmaster   I   contact   I   Qui sommes nous